Scoop-bi-doo

Aperçu de l'activité

Les participants apprennent et s’entraînent à frapper et à récupérer un objet à l’aide d’un instrument. Cette activité est inspirée de la crosse qui tient ses origines des Premières Nations. Un des sports les plus anciens pratiqués en Amérique du Nord, la crosse a évolué à partir de jeux pratiqués par des nations comme le peuple haudenosaunee (iroquois) situées aux abords des Grands Lacs.

  • Primaire (6 à 9 ans)
  • Moyen (10 à 12 ans)

Installation

  • Extérieur
  • Gymnase

Matériels et équipement

  • Balles de wiffle (1 par groupe)
  • Marqueurs pour le plancher (p. ex., marqueurs ronds en caoutchouc de style Poly-Spot, cônes) (4 par groupe)
  • Raquettes (1 par participant)

Sécurité

Inspecter la zone d’activité et éliminer les dangers potentiels. Vérifier que la surface offre une traction suffisante. Délimiter le terrain à une distance sécuritaire des murs et des obstacles. Garder un espace sécuritaire entre les activités.

Information sur l'activité

Préparation

  • Diviser les participants en groupes de 4 à 6.
  • Chaque participant reçoit une raquette.
  • Un participant de chaque groupe est nommé pour être le frappeur. Les autres sont des joueurs défensifs.
  • Demander aux participants de placer un marqueur de plancher pour représenter le marbre et les 3 autres marqueurs à différentes distances de leur choix du marbre (p. ex., à 3 mètres, à 5 mètres, ou à 10 mètres).
  • Les participants attribuent une valeur en points à chaque marqueur de plancher (p. ex., 1 point, 2 points, 5 points).

Instructions

  • Debout au marbre, le frappeur utilise sa raquette pour envoyer la balle dans un espace ouvert.
  • Le frappeur décide à quel marqueur de plancher il souhaite se rendre en courant pour ensuite revenir au marbre avant qu’un joueur défensif rapporte la balle au marbre.
  • Les joueurs défensifs tentent d’attraper la balle avec leur raquette et de la rapporter au marbre avant le retour.
  • Les participants font une rotation de leur position après que le frappeur ait envoyé la balle à 3 reprises.
  • Les participants comptent les points qu’ils ont marqués.
  • L’animateur pose des questions ouvertes pour aider les participants à peaufiner leurs habiletés motrices et habiletés tactiques au cours de l’activité. En voici quelques exemples : En tant que frappeur, où pouvez-vous envoyer la balle pour vous aider à marquer des points? Pourquoi? En tant que joueur défensif, que pouvez-vous faire pour aider votre équipe à empêcher le frappeur de marquer des points? Comment la communication peut-elle vous aider à la défensive?

Adaptations

Les participants peuvent trouver eux-mêmes des façons de rendre l’activité plus facile ou plus difficile, pour la rendre amusante et atteindre un niveau de défi adéquat.

Pour la rendre plus facile, les participants peuvent :

  • Réduire la distance entre le marbre et les marqueurs de plancher.
  • Lancer un objet plutôt que d’utiliser une raquette.
  • Pour empêcher le frappeur de marquer des points, les joueurs défensifs n’ont qu’à recevoir/récupérer la balle.

Pour la rendre plus difficile, les participants peuvent :

  • Faire envoyer 3 balles par le frappeur avant qu’il tente de marquer des points.
  • Augmenter la surface de l’aire d’activité.
  • Faire passer la balle à chaque joueur défensif avant de l’apporter au marbre.

Pause apprentissage

Souligner les habiletés, concepts et stratégies aidant les participants à envoyer et recevoir une balle à l’aide d’un instrument. Notez : cette liste n’est pas exhaustive et d’autres occasions d’apprentissage peuvent se présenter.

Habiletés motrices et concepts liés au mouvement

  • Manipulation et conscience de l’effort : utiliser la force appropriée pour envoyer un objet avec un instrument à une équipe adverse (p. ex., utiliser la raquette pour envoyer la balle le plus loin possible dans un espace ouvert pour qu’il soit difficile pour les joueurs défensifs de la récupérer et de la retourner a marbre).

Habiletés tactiques

  • Appréciation de l’activité : apprendre et comprendre comment jouer et être en mesure de participer de façon significative en suivant les règles (p. ex., travailler en équipe pour récupérer la balle et empêcher le frappeur de marquer des points).
  • Conscience des tactiques : comprendre comment jouer et établir des liens avec les jeux pour frapper/saisir (p. ex., envoyer la balle dans un espace ouvert pour qu’il soit difficile pour les joueurs défensifs de la récupérer).
  • Prise de décision : prendre des décisions sur ce que l’on doit faire et sur la façon d’y arriver (p. ex., être capable d’examiner la position du frappeur pour prédire où il enverra la balle et se préparer à la recevoir/récupérer).

Habiletés de vie

Habiletés interpersonnelles

  • Relation, coopération et respect de l’autre : comprendre les niveaux d’aptitudes d’autrui et faire preuve de respect en travaillant au sein du groupe (p. ex., partager des stratégies avec d’autres membres du groupe pour les aider à frapper/envoyer et saisir/récupérer la balle).

Habiletés de pensée critique et créative

  • Effectuer une réflexion sur la façon dont s’est déroulée l'activité et évaluer ce qui aurait pu être fait pour augmenter les chances de succès (p. ex., en tant que frappeur, comprendre que lorsque la balle est envoyée à un joueur défensif, il est plus difficile de marquer beaucoup de points).

Lien à la culture des Premières Nations

La crosse a une place importante dans la culture haudenosaunee pour la résolution de conflits, la spiritualité et le bien-être de la communauté. À son origine, un grand nombre de participants prenaient part pour aider à résoudre des disputes et pour aider les participants à demeurer en bonne condition physique. La crosse aidait aussi les joueurs à se préparer à leur rôle de maintien de la paix dans la communauté. Pour les membres de la communauté, le jeu est considéré comme étant un « bon remède », les gens se rassemblant pour jouer, regarder et s’amuser. La pratique de la crosse peut aider à renforcer des qualités applicables dans la vie contemporaine comme le respect, la bonne entente et faire de son mieux.